Blog

Les 10 livres qui m’ont inspiré pour ma formation « Merci le Mind Mapping! »

Suite à une suggestion de Julie lors du dernier webinar de ma première session de formation en ligne j’ai fait la bibliographie de 10 livres « pépites » qui m’ont inspiré pour concevoir la formation.

Entre l’idée suggérée et la fin de la rédaction du document de 11 pages il y a eu environ 1 heure…

Comment j’ai fait ? Bah simplement avec la magie d’internet…

J’ai d’abord été chercher les photos des livres sur le site des éditeurs des livres (8 minutes).

Puis j’ai été sur le logiciel de mise en forme en ligne Canva, j’ai choisi un modèle de brochure (5 minutes) et j’ai rempli le document (35 minutes).

J’ai fait une pause, j’ai relu le document et je l’ai envoyé à Julie pour qu’elle me dise ce qu’elle en pense…

Alors si vous voulez découvrir ces 10 pépites voici le lien pour accéder à la page de téléchargement : Page de téléchargement

 

L’école de mes rêves pour ma fille

L’école de mes rêves pour ma fille

Je ne sais pas vous mais moi plus je vieillis, plus j’apprends, plus je donne des formations et plus je constate que nous sommes TOUS différents face à l’apprentissage de nouvelles compétences.

J’ai une fille de 4 ans. Pour l’instant l’apprentissage ce n’est heureusement pas un problème. Elle s’éclate à son école et à la maison.

Mais dans 8 – 10 ans, quand elle va rentrer au collègue puis au lycée, l’école aura t’elle évolué pour s’intéresser à la spécificité de chaque enfant ?

Je dis ça c’est pour le bien de tous.

Je me souviens de mes professeurs du collège et du lycée (en région parisienne), ce n’était pas une partie de plaisir d’enseigner à 30 gamins en pleine crise d’adolescence.

Ils méritent des médailles tous ces professeurs pour essayer d’intéresser chaque année une horde de petits gremlins qui ont toutes les (bonnes) raisons du monde de ne pas écouter.

Et de l’autre côté, comment peut6on rester assis à 14/16 ans de 8h30 à 17h30 à écouter des gens qui essaient de nous faire ingurgiter des informations pas forcément passionnantes.

Il y a vraiment une opportunité de changement et j’ai ma petite idée comment…

Ce n’est pas si compliqué et chacun aurait un beau rôle à jouer.

Alors si ma petite réflexion peut aider à faire évoluer les choses (lentement mais sûrement).

Une méconnaissance de notre fonctionnement

Durant toute ma scolarité soit environ 12 ans (de l’arrivée en 6ème jusqu’à mon Bac+5),  je ne suis jamais arrivé à écrire tout ce que disait le prof ou l’intervenant.

Ce n’est pas que ça ne m’intéressait pas mais je ne semblais pas bien « programmé » pour le faire.

Ce qui était important pour moi c’était le sens, le pourquoi je dois apprendre ça et non pas écrire « bêtement » comme un forçat à « subir » les idées et la façon de penser des autres.

Du coup quand j’ai atteint Math Sup Bio (ne me demandez pas comment), j’ai eu VRAIMENT VRAIMENT du mal à trouver des applications concrètes dans un monde qui devenait éminemment théorique (les intégrales triples, les cyclo hexanes perchloro fluorés et toutiquanti…).

Heureusement je me suis réorienté vers une formation d’ingénierie en environnement un peu plus pragmatique.

Mais à chaque cours j’avais quand même du mal à noter TOUS les mots comme le faisait la plupart de mes collègues féminines (elles sont généralement très fortes pour ça!).

Je pensais avoir une mémoire auditive (j’en avais vaguement entendu parlé) et du coup j’essayais de me concentrer pour écouter et retenir les informations.

Il s’avère en fait que c’est ma plus grande faiblesse, je ne retiens rien de manière auditive !

Résultat, à chaque examen j’avais des notes correctes mais bien en dessous de ce que j’espérais.

D’ailleurs (et en aparté) je maudis encore toutes ces personnes qui sortaient des examens en disant « J’ai complètement loupé, je vais me prendre une sale note » et qui, finalement, avaient de super notes meilleures que les miennes en tout cas.

Et vous vous étiez de quel côté ? 😉

De découvertes en découvertes

C’est bien plus tard, lorsque j’ai commencé à me renseigner sur les techniques d’animation de réunion dans un cadre professionnel, que j’ai découvert le Mind Mapping et du coup le fonctionnement du cerveau.

En lisant des livres et en participant à des formations, j’ai découvert qu’il existait 3 types de mémoire :

  • la mémoire auditive (= écouter)
  • la mémoire visuelle (=regarder)
  • la mémoire kinesthésique (= faire)

J’ai appris récemment qu’en fait la plupart de gens se trompent, ce ne sont pas des profils de mémorisation mais des profils d’ACQUISITION de l’information juste avant l’étape de mémorisation.

Le plus drôle c’est que si vous tapez « types de mémoire » dans Google vous allez trouver des milliers d’articles et de quiz véhiculant une mauvais information.

Fake news !!! Que fait le gouvernement ? 😉

La réalité c’est que selon votre cerveau vous COMPRENEZ l’information plus facilement soit :

  • de manière visuelle grâce à un schéma
  • de manière auditive avec un discours ou une histoire
  • de manière kinesthésique en vous questionnant sur le pourquoi de l’information

Alors si vous suivez bien, vous savez maintenant mon profil d’acquisition de l’information…

Cette étape d’acquisition de l’information est en fait un préalable obligatoire pour pouvoir mémoriser à long terme.

Sinon on appelle ça de la mémoire à court terme (ou mémoire de travail) qui permet de retenir entre 5 et 7 éléments pendant 10 minutes.

C’est très utile pour se souvenir du numéro de téléphone d’une jolie fille (ou d’une bel homme) en sortant de boite de nuit mais ce type de mémoire ne vas pas vous aider à mémoriser des notions complexes…

Et ce n’est pas fini !

Là où ça se complique c’est que le profil d’acquisition de l’information n’est que la partie émergée de l’iceberg !

En fait pour bien apprendre il y a 3 types d’informations à connaître :

  1. votre profil d’identité qui prend en compte le comportement de la personne en situation d’apprendre
  2. votre profil de motivation qui précise comment vous allez être motivé(e) pour apprendre
  3. votre profil de compréhension qui indique comment vous allez commencer à intégrer l’information

Pour chacun de ses profils il y a des sous catégories et vous commencez à comprendre pourquoi j’aime les cartes mentales… Quand ça devient trop compliqué, il faut faire un SCHÉMA !

Voici donc un schéma qui reprend les 3 profils et les sous catégories pour chacun.

 

L’école, un échec assuré !

Alors sachant qu’il y a 3 profils d’apprentissage, que dans chaque profil il y a au moins 3 sous catégories ça nous donne un sacré nombre de possibilités pour chaque être humain !

3 à la puissance 3 = 27 possibilités minimum si vous vous poser la question 😉

Et à l’école comment on fait ?

Bah il y a UN(E) professeur qui enseigne d’UNE FAÇON à 30 élèves TOUS DIFFÉRENTS

Oui je sais les bons professeurs peuvent expliquer de différentes manières pour multiplier les types d’apprentissage mais ils n’arriveront pas à les faire tous.

Et en plus « On enseigne COMME on aimerait apprendre ».

Moi qui suit de profil d’acquisition « kinesthésique », j’insiste toujours sur le « Pourquoi » quand je donne une formation.

Et pourquoi ? Bah parce que c’est plus facile pour moi, c’est plus naturel !

Si vous êtes un homme, essayez de penser comme une femme (et inversement).

Impossible ! Ou alors vous êtes très très fort ! 😉

Mon rêve d’école pour ma fille

Du coup j’en arrive à ma proposition pour changer l’école et qu’elle soit plus agréable pour tout le monde.

L’idée c’est que chaque élève passe un test en 6ème sur son profil d’apprentissage (identité, motivation et compréhension).

En fonction des résultats, les professeurs (par matière) cherchent une vidéo ou un livre qui explique les informations de la façon où ce sera le plus efficace pour chaque enfant.

Aujourd’hui il y a des milliers de vidéos qui sont vraiment géniales, il suffit juste de les recenser et de les faire correspondre à des profils d’apprentissage.

Cette veille pourrait d’ailleurs se faire au niveau national pour mutualiser les bonnes ressources.

Les professeurs n’auraient donc plus qu’à surveiller que les élèves ont bien accès à la bonne source pour eux et au lieu de passer leur temps à expliquer à toute la classe, ils pourraient enfin passer du temps avec chaque élève pour les aider si ils ont des difficultés.

Et pour les meilleurs ? Et bien si ils avancent plus vite , on leur donne la bonne nourriture qui va les rassasier !

Bien sûr il ne faut pas que des vidéos et des livres. Il faut des activités manuelles, du bricolage, du sport, de l’art etc…

Une bonne vidéo de 20 minutes avec le bon message, dit de la bonne façon, est aussi efficace qu’un cours de 4 heures (je peux en témoigner!).

Du coup les élèves gagneraient 3h40 et pourraient accéder à des notions fondamentales qui ne sont pour l’instant pas enseignées à ma connaissance à l’école :

  • comment gérer ses émotions
  • la communication bienveillante
  • la méditation et le yoga
  • la naturopathie
  • la sophrologie
  • etc…

Tout ça existe maintenant en vidéo !

Voici donc l’ébauche d’une nouvelle école utilisant les nouvelles technologies au bénéfice de l’Humain.

Et non pas utiliser ces technologies pour refaire comme on a toujours fait : une pédagogie unique du haut vers en bas…

En attendant que les choses évoluent… si vous voulez apprendre facilement quelque que soit votre profil d’apprentissage, vous pouvez découvrir l’univers des cartes mentales (Mind Mapping) avec mon article  « Assimiler 70% d’un livre sans avoir à le lire avec un carte mentale »

« Merci Windguru! »

Organiser son temps, une priorité vitale !

Quand on veut optimiser son temps et qu’on est surfeur, on est obligé de regarder les prévisions météo chaque début de semaine

Et oui c’est bien beau de travailler comme des dingues mais il faut aussi pouvoir faire des pauses pour le cerveau et pour se ressourcer.

Et le surf pour ça c’est génial !

Non seulement on se retrouve dans des endroits où la Nature vous impose l’humilité (essayez de « passer la barre » quand les vagues font plus de 2 mètres!) mais en plus le surf vous oblige à être DANS LE MOMENT PRESENT !

Les vagues ça bouge, ça change en quelques secondes et du coup si vous voulez bien surfer il faut que TOUS vos sens soient en éveil :

  • la vue pour anticiper la vague et préparer la prochaine manoeuvre
  • le toucher des pieds pour sentir la puissance de la vague et reprendre de la vitesse en « pompant » si besoin
  • l’ouie pour deviner où est la mousse derrière soit
  • etc…

Il n’y a pas beaucoup de sports où vous êtes en mouvement sur une surface en mouvement !

Bref un moment de présence totale qui s’apparente presque à de la méditation !

Le surf comme support d’organisation

Mais mon propos aujourd’hui s’intéresse plutôt au fait de vouloir optimiser mon temps (c’est un peu mon obsession!).

Or le surf dépend de conditions météorologiques complexes :

  • la taille de la houle, son orientation et son évolution dans la journée
  • la force, la direction du vent et son évolution aussi dans la journée
  • les horaires de marée et le coefficient d’amplitude (petite marée, grande marée…)

Ces facteurs s’ajoutant à d’autres facteurs exogènes :

  • le temps dont vous disposez dans la journée (moins d’une heure, plus de 2 heures) qui influe sur la distance maximale que vous pouvez faire pour aller surfer
  • du coup le type de spots que vous pouvez atteindre dans ce laps de temps donné (j’ai des beach breaks sur du sable à côté de chez moi, les vagues sur les rochers sont à 20 minutes au moins)
  • sachant qu’en plus chaque spot de surf ne fonctionne bien qu’avec une certaine houle, une certaine marée et avec ou sans vent…

Et là ce ne sont que les principaux facteurs !

Il y a aussi : la taille de la planche qui se trouve dans votre voiture, votre état de performance physique du jour, les éventuelles sollicitations de vos amis pour aller à tel endroit à telle heure (qui ne coïncident pas forcément avec votre timing…).

Bref un surfeur a de quoi d’arracher les cheveux pour surfer de bonnes vagues!

C’est pour cela que les prévisions météo de surf sont si importantes pour nous.

Sachant que la fenêtre de « bon » surf en hiver est souvent courte (trop de vent, trop de vagues…), il faut qu’elle coïncide avec votre fenêtre à vous !

Voici donc la copie écran d’un site web spécialisé dans les prévisions de surf : Windguru (il y en a d’autres comme Océan Surf Report ou WeeSurf mais Windguru est celui qui m’a le plus apporté de bonnes sessions pour l’instant).

Vous voyez qu’un néophyte a peut être du mal à s’y retrouver…

C’est un peu comme Néo qui découvre la Matrice !

Moi je ne vois plus des chiffres ou des couleurs, je vois directement le spot où je vais surfer, à quelle heure et avec quelle planche…

Je sais par exemple que si je veux surfer cette semaine il va falloir que je m’organise pour être disponible dans une fenêtre très précise : Jeudi de 10h à 15h.

Mercredi soir, en fonction de la marée je vais valider (ou pas) ma session, les horaires définitifs et penser à la planche que je vais emmener au boulot le lendemain matin.

La semaine dernière par exemple il n’y avait pas beaucoup de fenêtres disponibles dans la semaine, j’avais identifié le Vendredi matin pour de belles conditions pas trop grosses avant que le vent ne tourne à 13h.

Et même s’il faisait froid ce vendredi j’ai « scoré » une EXCELLENTE session de 10h à 11h30 sur un spot un peu secret du pays basque où j’étais tout seul.

Voici une photo de cette matinée glaciale mais parfaite !

Toute cette stratégie autour du surf et de la recherche de la BONNE session me permet d’être tranquille le reste du temps car je sais que j’ai mis toutes les cartes en main pour être au bon endroit au bon moment.

Je suis tranquille pour travailler dur avant et après !

Et le moment où je suis dans l’eau, j’y suis complètement et j’essaie de ne penser à rien d’autre (c’est parfois difficile suivant mon actualité…).

La gratitude à chaque session

Autre chose que je fais (naturellement) c’est que je remercie la Nature d’offrir une telle beauté quand je rentre dans l’eau, quand je prend une bonne vague et quand je sors de l’eau (même si j’ai surfé peu de vagues).

Je ne sais pas pourquoi, ça me vient naturellement comme si j’avais été programmé pour le faire. Ce n’est pas calculé c’est EN MOI.

J’ai lu depuis que les moines tibétains conseillaient la gratitude pour être heureux.

Je confirme en tout cas pour moi ça m’arrive même d’hurler de gratitude à la fin d’une vague où j’ai eu beaucoup de plaisir. Je ne le fais que quand je suis seul à l’eau ou seulement avec quelques amis.

C’est peut être dommage, ça donnerait peut être envie aux autres de faire pareil ou au moins ça les déculpabiliserait de faire pareil ! 😉

En conclusion, s’organiser pour vivre pleinement !

Tout ça pour vous dire que, régulièrement, il faut privilégier la VRAIE VIE !

Avec une bonne organisation (et de bonnes cartes mentales!) vous pouvez vous aménager de vrais moments qui vont vous revigorer et vous faire vous sentir VIVANT !

A quoi voulez vous penser juste avant de mourir ?

A toutes ces longues réunions qui n’avançaient pas ? Au temps passé sur Facebook à vous pseudo instruire ?

Ou à toutes ces belles (courtes mais intenses) sessions de surf ? 😉

« Le Mind Mapping m’a libérée! », Gaële Breurec, CCI Bayonne Pays basque

« Il y a eu un avant et il y a eu un après! »

C’est la phrase que je retiens du témoignage de Gaële Breurec en charge de l’accompagnement des entreprises innovantes à la CCI Bayonne Pays basque à propos de sa participation à ma formation en Mind Mapping.